Le 7ème ORGANIGRAMME est arrivé… 

Le 6ème organigramme de la Mairie depuis l'élection de d'Aubert, mis en place le 20 décembre 2000, a vite tourné au fiasco : des directions se sont vues imposer d'intégrer des services qu'elles ne voulaient pas (il en fut ainsi de la gestion des salles municipales et des femmes de ménage à la Direction des bâtiments…), d'autres ont subi des bouleversements ou des périodes de vide à leur tête (ainsi le service accueil - relations publiques), d'autres ont vu une hémorragie de cadres (finances, social, culture…).

A tel point que, au fil des départs de cadres vers d'autres cieux (80 depuis l'arrivée de d'Aubert), le 6ème organigramme était discrètement retouché semaine après semaine.

Le moment était arrivé où cela devenait voyant, et le nouveau Directeur Général des Services a préféré saisir le CTP comme l'y oblige la loi, d'autant qu'il avait reçu l'ordre de d'Aubert d'assurer une promotion à un fidèle serviteur du système (de tous les systèmes d'ailleurs !).

A cet effet, le CTP fut convoqué le 27 juin 2002, quelques heures avant le Conseil municipal du 28 juin, et quelques heures après un autre CTP à l'ordre du jour ordinaire. Mais les représentants du personnel ont refusé de siéger, disposant, une fois de plus d'un dossier très incomplet.

Un nouveau CTP fut donc convoqué pour le 3 juillet. Les dossiers suivants ont été soumis à l’avis de l’instance paritaire :

wpeB3.jpg (10283 octets)

S’agissant de la création du poste de DGA, il s’agit manifestement à la fois d’une récompense pour services rendus et de la volonté de transformer les ressources humaines en simple " masse salariale ", future variable d’ajustement du budget municipal. Cette 7ème réorganisation prend d'ailleurs le contre-pied des 6 organigrammes précédents de Monsieur d’Aubert qui voulait " raccourcir les lignes hiérarchiques " et " éliminer les lourdeurs bureaucratiques ". En matière de lourdeur et de bureaucratie, on va être servi…

Par un arrêté municipal n° 20/02 du 4 juillet, d'Aubert mettait en place son 7ème organigramme. Les représentants du personnel n'en ont eu connaissance qu'à l'occasion d'une CAP réunie le 23 juillet, et à leur demande pressante. Sur ce document, il est précisé qu'il est "exécutoire le 4 juillet 2002", car remis en préfecture et affiché le même jour ( les 2 conditions obligatoires pour le rendre précisément "exécutoire"). Mais , pressentant une entourloupe, les représentants du personnel exigèrent de constater que la formalité obligatoire de l'affichage avait bien été effectuée. Ayant fait le tour des panneaux en ce 23 juillet, ils se rendirent à l'évidence : pas d'affichage, la mention "affiché le 4 juillet 2002" était bidon !. De fait, il ne fut affiché que le mardi 23 juillet, vers 16h 30.

wpeB4.jpg (14434 octets)

Simple erreur, comme le clame haut et fort le nouveau Directeur Général des Services, qui se veut "légaliste" ? Manip sournoise d'une éminence très grise et très zélée qui savait que le délai de recours de 2 mois partirait du 4 juillet 2002,, date autoproclamée pour le caractère exécutoire de l'arrêté, et qui pensait que les représentants syndicaux ne se réveilleraient qu'en septembre ?

wpeB5.jpg (7384 octets)

wpeB6.jpg (5525 octets)

De fait, aucun syndicat, aucun cadre et aucun membre du personnel n'en a été destinataire, contrairement aux précédents organigrammes. Est-ce là la "nouvelle gouvernance" ? Est-ce là le "nouveau dialogue social" ?

Image18.gif (3621 octets)